QUELLES DIFFÉRENCES ENTRE LES HYDROLATS ET LES HUILES ESSENTIELLES ?

22 Avril, 2022

hydrolats et huiles essentielles

Hydrolats, parfois appelés “eau aromatique”, et huiles essentielles sont indissociables. Si les premiers sont peut-être plus connus pour leurs applications cosmétiques, tandis que les secondes sont les stars de l’aromathérapie ; les deux sont issus d’un même procédé : l’hydrodistillation ou l’entrainement à la vapeur d’une plante. L’huile essentielle est le produit recherché, riche en molécules actives et odorantes, alors que l’hydrolat est beaucoup plus dilué et correspond en quelque sorte à un « résidu » d’huile essentielle resté prisonnier de l’eau. La confection d’essence à partir de plantes étant un processus long et onéreux, valoriser l’eau de distillation générée en même temps est très important économiquement, d’autant que ces eaux possèdent quelques arguments.

HYDROLATS VS. HUILES ESSENTIELLES

La plupart du temps, sans huile essentielle, point d’hydrolat. Les premières sont des extraits végétaux, obtenues par hydrodistillation ou entrainement à la vapeur. Ces deux procédés d’extraction reposent sur le même principe : la plante est chauffée en présence d’eau pour vaporiser les molécules qui sont ensuite refroidies puis récupérées à l’état liquide. La différence réside dans les conditions de départ : dans le premier cas, la plante est trempée dans une eau portée à ébullition ; tandis que dans le deuxième cas, le végétal est positionné au-dessus de l’eau et c’est la vapeur qui entraine les molécules qu’il contient. Cette deuxième méthode est plus douce et limite les réactions de dégradation de composés chimiques qui se produisent sur certains d’entre eux lors d’une hydrodistillation.

La première différence entre les deux extraits de plantes est la concentration. Une huile essentielle est extrêmement concentrée tandis que l’eau aromatique est très diluée. Quelle est la conséquence directe de ce constat ? L’essence est dépourvue d’eau et n’y est pas soluble, pendant que  l’hydrolat est principalement constitué d’eau. Il en découle des efficacités et des modes d’utilisation distincts, parfois complémentaires.

DE QUOI SE COMPOSENT-ILS ?

Dans les deux cas, la vapeur d’eau est le vecteur qui transporte les molécules hors de la plante pour ensuite composer l’huile essentielle telle que nous la connaissons. Un hydrolat apparait en fin de processus, quelle que soit la méthode utilisée, puisqu’il est constitué de l’eau restante à l’issue de la séparation de l’huile essentielle non soluble. Les molécules n’étant jamais totalement insolubles dans l’eau, une fraction, aussi infime soit-elle, reste dans l’eau. On retrouve entre 0,02 et 0,2 % de molécule aromatique dans l’eau de distillation. Ce ratio est néanmoins suffisant pour donner une odeur et des propriétés aux hydrolats.

Les huiles essentielles et eaux aromatiques obtenues grâce aux deux méthodes décrites ne sont pas strictement identiques à celles contenues dans la plante et diffèrent légèrement entre elles. En effet, comme nous l’avons dit, quelques réactions prennent place lors de la production et varient selon le mode de fabrication. La composition de l’eau aromatique dépend également du procédé d’obtention de l’essence puisqu’il s’agit des molécules restées piégées dans l’eau en fin de réalisation.

Une huile essentielle contient un cocktail de molécules carbonées, actives sur l’organisme. Ces composés sont constitués de terpènes (monoterpènes, diterpènes, sesquiterpènes) tels que le limonène, des oxydes, des molécules aromatiques comme les phénols, des cétones, des aldéhydes, des alcools tels que le linalol ou encore des esters… Ces actifs ne possèdent pas tous la même affinité avec l’eau et ne seront pas représentés dans les hydrolats de la même manière. Par exemple, les alcools ont tendance à mieux se solubiliser dans l’eau. Les hydrolats en seront donc plus riches. Ainsi, on ne retrouvera pas exactement le profil de l’huile essentielle dans l’eau aromatique et les propriétés entre les deux produits pourront être proches, mais tout de même comporter des différences.

PEUT-ON REMPLACER UNE HUILE ESSENTIELLE PAR UN HYDROLAT ?

Les huiles essentielles sont connues pour leur puissance et leur capacité à soigner de nombreux maux. Cependant, elles ne sont pas utilisables par tous. En effet, de multiples essences ne s’adaptent pas aux jeunes enfants, aux femmes enceintes et allaitantes, ou aux personnes souffrant de pathologies préexistantes (asthme, épilepsie, insuffisance hépatique, cancers hormonodépendants…). Trop concentrées en molécules actives, elles risqueraient d’avoir des effets délétères sur la santé déjà fragilisée. À l’inverse, l’hydrolat peu concentré est beaucoup plus doux. Néanmoins, il est tellement dilué que l’on ne peut pas attendre la même efficacité. Aussi, nous l’avons dit, les compositions peuvent être différentes. Dans ce cas, on ne peut attendre exactement les mêmes propriétés. Pour cette raison notamment, dans une recette, il est impossible de remplacer l’un par l’autre. De plus, avec des concentrations différentes, les quantités à absorber ne se correspondent pas de quelques gouttes pour l’essence à plusieurs millilitres pour l’hydrolat.

Ce n’est pas seulement au moment de leur utilisation que les précautions doivent être suivies. C’est aussi lorsqu’on ne les emploie pas, car ces deux produits ne méritent pas le même traitement. L’huile essentielle n’inclut pas d’eau, mais des molécules antiseptiques, elle n’est donc pas propice aux développements de microorganismes. Pour leur conservation, elles ne craignent que la lumière et la chaleur ainsi que l’évaporation, car les molécules qu’elles contiennent sont volatiles (s’évaporent facilement). Si l’hydrolat se méfie également des rayonnements UV et des hautes températures, il ne risque pas particulièrement l’évaporation, si l’on maintient un flacon bien fermé. Par contre, il est sensible aux croissances microbiennes, car c’est un produit aqueux qui contient des molécules antiseptiques, mais en trop petites quantités pour être efficaces à long terme. Ainsi, leur durée de stockage est beaucoup plus courte, 6 à 8 mois maximum, de préférence au réfrigérateur, parfois beaucoup moins.

COMMENT LES UTILISE-T-ON ?

Une essence peut potentiellement s’utiliser par voie orale, cutanée, en inhalation ou diffusion, pure ou diluée. Attention cependant, cela dépend de la plante. Certaines ne doivent pas être ingérées ou inhalées, d’autres sont dermocaustiques et ne se déposent pas sur la peau, en tout cas pas pures. Dans tous les cas, haute concentration en molécules oblige, les quantités administrées sont minimes. Par exemple, elles peuvent être diluées dans des produits cosmétiques pour leur conférer des propriétés particulières. Les hydrolats s’appliquent quant à eux purs et sont particulièrement adaptés à la voie cutanée. Mais aussi à l’ingestion avec des volumes bien plus significatifs, de l’ordre de quelques dizaines de millilitres. Aussi, ils remplacent très favorablement l’eau dans des produits cosmétiques, comme les crèmes ou les lotions. L’avantage, c’est qu’huiles essentielles et hydrolats peuvent être complémentaires et introduits conjointement dans une formule.

3 RECETTES MAISON MÊLANT HYDROLATS ET HUILES ESSENTIELLES

des recettes aux huiles essentielles et aux hydrolats

Par contre, ces deux produits ne pourront se mélanger qu’en présence d’alcool, d’un dispersant ou d’un émulsifiant (qui permet le mélange d’huile et d’eau). Ces conditions sont régulièrement rencontrées lorsque l’on fabrique un produit cosmétique. Voici quelques recettes faciles à réaliser qui utilisent l’hydrolat de rose et son huile essentielle. Il existe de nombreuses autres recettes mettant en jeu des hydrolats de fleur d’oranger, de menthe poivrée, de sauge et bien d’autres… Les possibilités étant infinies nous avons décidé de nous concentrer sur cette plante dont on utilise un maximum de produits afin de les valoriser dans leur ensemble.

GEL NETTOYANT ET RAFRAÎCHISSANT À L’EAU ET HUILE ESSENTIELLE DE ROSE

Dans un bol, placer 50 ml d’huile végétale d’olive, 30 ml d’aloe vera, 30 ml d’hydrolat de rose, 4 gouttes d’huile essentielle de rose et mélanger à l’aide d’un robot ménager. Cette préparation est à conserver au réfrigérateur et à utiliser rapidement. Pour nettoyer le visage, deux fois par jour, appliquer en massant légèrement puis enlever à l’eau claire.

LAIT DÉMAQUILLANT FRAÎCHEUR DE ROSE

Dans un bol, mélanger 100 ml de lait de coco, 10 ml d’hydrolat de rose, 1 cuillère à café d’huile végétale de ricin ainsi que 2 gouttes d’huile essentielle de rose (ou une autre au choix, dont l’application cutanée est recommandée). Ce lait se conservera au maximum 15 jours au réfrigérateur. Vous pourrez le stocker plus longtemps en y ajoutant un conservateur tel que l’extrait de pépins de pamplemousse. À utiliser au besoin.

LOTION NETTOYANTE À LA ROSE

Dans un flacon adapté, placer 1 cuillère à café de vinaigre de pomme, 1 goutte d’huile essentielle d’encens et 1 goutte d’huile essentielle de rose. Agiter vigoureusement. Finir avec 50 ml d’hydrolat de rose avant d’agiter à nouveau. Appliquer matin et soir avec un coton.

 

Les hydrolats et les huiles essentielles sont étroitement liés, mais ne sont pas interchangeables et ne s’utilisent pas de la même manière. Les eaux aromatiques sont plus douces et présentent l’avantage d’être adaptées au plus grand nombre, mais avec un effet moins impressionnant. Les huiles essentielles demandent d’importantes précautions d’usage, mais peuvent avoir des résultats spectaculaires. Finalement, les deux peuvent s’harmoniser dans un gel, une crème ou une lotion cosmétique. À vous de jouer !