huile de coprah

Huile végétale de Coprah

Le cocotier est une plante qui fait souvent rêver d’îles paradisiaques, mais c’est avant tout un “arbre de vie” qui a beaucoup apporté aux civilisations d’Indonésie et de Polynésie. En effet, son fruit y est extrêmement consommé pour sa pulpe, son eau, son lait et donc son huile. Mais le reste de la plante trouve également toute sa place : les fibres de coco sont utilisées pour la confection de brosses, matelas ou autres cordes, son tronc est un matériau de construction, la nervure centrale des feuilles utilisée dans la confection de vêtements, enfin, ses racines bouillies seraient utilisées comme remède dans certains villages.

L’huile de Coprah est une huile de coco issue de copeaux de noix de coco séchée contrairement à l’huile de coco vierge qui provient de noix fraîches. L’huile de coprah est généralement très raffinée, ce qui lui permet d’arborer une couleur bien blanche et une absence totale d’odeur, la rendant facile d’utilisation. Très riche en acides gras saturés, solides à température ambiante, cette huile est parfois appelée beurre ou graisse de coprah. Sans grand intérêt nutritionnel, elle est par contre adaptée à la friture en cuisine grâce à sa grande résistance à la chaleur. Elle permet la confection de Végétaline qui n’est autre que de la graisse de coprah hydrogénée. Sa résistance à l’oxydation facilite sa conservation sur une longue durée. Mais son intérêt principal se trouve en cosmétique. En effet, elle est très utile en savonnerie pour obtenir des savons durs et moussants. Sa capacité à interagir avec la peau et les cheveux en fait une huile très nourrissante prisée par les peaux et cheveux secs et très abîmés. Elle rentre dans la composition du fameux monoï, très prisé à Tahiti.

Nom latin : Cocos nucifera   Famille botanique : Arécacées

Partie distillée : Pulpe de noix de coco séchée    Origines de la plante : Philippines, Indonésie, Papouasie-Nouvelle-Guinée

L’huile de coprah : propriétés et bienfaits

Beauté

Pour le soin de la peau et des cheveux

Beauté et soin de la peau

Plutôt solide à température ambiante et sans odeur particulière, l’huile de coprah possède des atouts pour la confection de cosmétiques, et notamment de savons, auxquels pourront ensuite être ajoutés les colorations et parfums désirés sans avoir à “subir” celui de l’huile. Sa richesse en acide laurique est particulièrement intéressante, notamment grâce à son excellent pouvoir moussant et à sa texture. Ainsi, la confection de savons solides avec de l’huile de coprah conduit à des savons suffisamment durs, mais qui “fondent” agréablement dans la main lors de l’utilisation. La mousse abondante qu’ils produisent facilite également leur utilisation. Dans des huiles ou baumes réparateurs, l’huile de coprah nourrit et répare les peaux sèches ou abimées en restaurant le film lipidique présent à la surface de l’épiderme. Elle empêche ainsi la déshydratation de la peau. Adoucissante et émolliente, elle redonnera à la peau toute sa souplesse et protègera les peaux sensibles des grands froids de l’hiver. Dans la fabrication de soins pour les lèvres, elle apporte dureté au baume et protection aux muqueuses labiales. Enfin, si elle peut préserver du froid, elle sera également efficace dans les préparations protectrices face au soleil en apaisant la peau exposée.

Indications : 

  • Peaux sèches
  • Peaux abimées : crevasse, gerçures
  • Peaux “cassantes”

Utilisations :

  • savonnerie : savons solides
  • baumes réparateurs : corps, lèvres
  • huiles réparatrices
  • baumes protecteurs
  • soin de bronzage ou après solaire
  • Monoï

Propriétés :

  • restaure le film lipidique cutané : nourrit et protège la peau
  • adoucissante
  • émolliente
  • pouvoir moussant : important
  • pouvoir lavant : important
  • apporte de la dureté et onctuosité aux savons
  • Solide à 25°C

Synergie :  Afin d’obtenir la texture et les propriétés idéales, l’huile de coprah peut-être associées avec d’autres huiles végétales :

  • Savon : huile d’argan, huile d’olive, huile de palme, beurre de karité…
  • Soin pour les lèvres : cire d’abeille, beurre de karité…

 

Beauté et soin des cheveux

L’huile de coprah, grâce à son acide laurique, a une forte affinité avec la fibre capillaire. Ainsi, elle va gainer le cheveu afin de le renforcer, lui redonner de la douceur et de la brillance.

Elle pourra entrer dans la confection de shampoing solide ou liquide et de soins capillaires comme des baumes ou des masques afin de rendre aux cheveux toute leur vitalité, souplesse et brillance. Elle est particulièrement prisée par les chevelures frisées et crépues qui souffrent souvent de sécheresse et de fragilité. Dans les régions ensoleillées en bord de mer, l’huile de coprah sera parfaite en soin, en prévision ou après la baignade, quand le cheveu est extrêmement sollicité. En effet, le cheveu est asséché par le sel de mer et subit les agressions des UV ce qui le rend sec, cassant et difficile à coiffer.Enfin, sa capacité à créer un film protecteur autour du cheveu et sur le cuir chevelu permettra de réparer les cheveux fourchus.

Dans un registre tout à fait différent, grâce à cette même propriété, l’huile de coprah a tendance à étouffer les poux et lentes. Ainsi, en cas d’apparition de l’indésirable, l’huile de coprah est le soin parfait, sans produit chimique, adapté même aux plus jeunes. Le tout sans apporter d’odeur, à l’inverse des huiles essentielles traditionnellement utilisées pour lutter contre ce fléau.

Indications : 

  • cheveux secs
  • cheveux ternes
  • cheveux bouclés, crépus, frisés
  • pointes abimées
  • poux

Utilisations :

  • savonnerie : shampoings solides
  • masques réparateurs
  • shampoings nourrissants
  • soins capillaires

Propriétés :

  • nourrit et restaure le cheveu
  • gaine et protège les cheveux
  • fait briller
  • donne de la vigueur aux cheveux
  • anti-poux (asphyxie)

Synergie :  huile de ricin, beurre de karité…

fruit coprah

Quelques recettes à base d’huile de coprah

En cas de peau sèche

En cas de sécheresse cutanée, idéalement à la sortie du bain ou de la douche, appliquer de l’huile de coprah sur les membres en massant suffisamment longtemps pour que la graisse fonde. Cela permettra de restaurer le film lipidique cutané, redonnera souplesse et vitalité à l’épiderme tout en ralentissant sa future déshydratation.

Utiliser 1 cuillère à soupe par bras, 2 pour les jambes et éventuellement pour le reste du corps. Attendre la pénétration complète avant de se rhabiller.

En cas de gerçures

Le froid dessèche vos lèvres fragiles qui subissent les agressions de l’hiver et se craquellent ? Chaque soir, appliquer une noisette d’huile de coprah sur les lèvres gercées et masser délicatement jusqu’à pénétration complète.

En cas de poux

Grâce à sa texture, son affinité avec la fibre capillaire et l’épiderme, l’huile de coprah va étouffer les poux et les lentes. Pour ce faire, appliquer suffisamment d’huile de coprah pour recouvrir l’ensemble de la chevelure, du cuir chevelu jusqu’au aux pointes. Masser délicatement et laisser poser la nuit entière. Protéger la chevelure et les draps avec un film plastique bien serré qui ne laissera pas passer l’air non plus. Le matin, rincez avec un shampoing et coiffez avec un peigne antipoux.

En cas de cheveux abîmés

Afin de restaurer des pointes abîmées, prélever 3 à 5 cuillères à café d’huile de coprah à faire fondre dans un bol, avant d’appliquer en massage sur les longueurs fatiguées. Observer un temps de pause d’au moins 30 minutes, la chevelure enveloppée dans une serviette chaude (facultatif). Rincer à l’eau et au shampoing.

Indications et précautions à prendre

Utilisateurs autorisés

Adultes et adolescents

Bébés

Enfants

Femmes allaitantes

Femmes enceintes

Utilisations possibles

Bains

Cheveux

Cosmétiques

En diffusion

En inhalation

Peau

Voie orale

Risques

Troubles cardiaque et cholestérol

Hypotension

Autres indications importantes

Précautions

  • L’huile de coprah résiste bien à l’oxydation car elle ne contient que peu d’acides gras insaturés, les acides gras sujets au rancissement. Ainsi elle pourra se conserver sur une longue durée. Néanmoins pensez à conserver l’huile de coprah à l’abri de la chaleur, de l’air, de la lumière et de l’humidité, une durée optimale de conservation sera alors garantie.
  • Peu intéressante au niveau des apports nutritionnels, l’huile de coprah n’est pas nécessairement recommandée en cuisine, sauf comme huile de friture. Dans tous les cas, utilisez cette huile dans le cadre d’une alimentation variée.

Contre-indications

  • Les personnes sujettes au cholestérol ou ayant des problèmes cardiovasculaires préfèreront éviter de consommer par voie orale l’huile de coprah qui a tendance à augmenter les risques d’hypercholestérolémie et donc de troubles cardiaques.
  • Étant donné le peu d’intérêt nutritionnel, on évitera d’utiliser cette huile pour l’alimentation infantile.

Molécules principales

L’huile de coprah contient différents acides gras, la grande majorité faisant partie de la famille des acides gras saturés, mais avec tout de même de 6 à 11% d’acide gras insaturés :

  • acide oléique (5-8%)
  • acide linoléique (1-3%)
  • acide laurique (40-50%)
  • acide myristique (16-20%)
  • acide palmitique (6-12%)
  • acide caprique (4-8%)
  • acide caprylique (4-6%)